Séville, la cité de Don Juan et Carmen

écrit par JoseBurgeon
le 11/06/2009
s1

Sevilla, la ville andalouse séduisante, la délicieuse cité de Don Juan, Carmen et le Barbier de Séville

Buenos dias y buen viaje hasta Sevilla, la capital de Andalucia.

L’Alcazar, ancienne résidence royale, construite du VIIIe au XVe siècles, se compose de quatre palais différents, chrétiens mais avec des éléments arabes et juifs. Le premier palais présente les trois arches, caractéristiques de l’art arabe, le second la salle de l’ancienne chambre de commerce de 1503, style renaissance et les magnifiques « alicatados », mosaïques de céramique utilisées par les Musulmans. Autres styles : gothique du XIIIe siècle et « mudejar » du XIVe siècle. C’est un palais vivant, avec toujours des fouilles archéologiques. Charles Quint s’y est marié avec Isabelle du Portugal au XVIe siècle et en 1995, la Princesse Elena y a organisé la réception de son mariage. L’Alcazar de Séville séduit le visiteur par la beauté de ses jardins, classés par l’Unesco, avec 2 000 types de plantes, dont 18 variétés de palmiers. Au pied des orangers, dit un proverbe andalou, les chiens cherchent l’ombre en février. Quelle douceur de climat en hiver, 27 degrés dans ces superbes jardins de l’Alcazar ! Nous avons pu admiré une belle collection d’éventails et la guide nous expliqua le code de ces éventails en bois pour attirer l’attention.
Doucement ouvert, cela signifie que la dame est célibataire au XIXe siècle, au début du XXe siècle quand l’éventail est rapidement ouvert, la senorita est fiancée ou mariée. Quand on se cache derrière, l’homme peut s’approcher, à droite oui et non à gauche. Autre souvenir à ramener de Séville : la agua de Sevilla, l’eau de toilette de jasmin et fleurs d’oranger et aussi le cocktail du même nom.

La Cathédrale, édifiée sur la grande mosquée Almohade de Séville, est le plus grand temple gothique d’Espagne en taille, et le troisième de la Chrétienté, après Saint-Pierre de Rome et Saint-Paul de Londres. San Fernando, qui commença la reconquête andalouse en 1248, repose à la Cathédrale, comme Christophe Colomb.
Colomb a étudié des théories maritimes à Séville entre 1501 et 1502.
Signalons que le premier tour du monde par Magellan eut lieu au départ de Séville.
La Giralda, symbole de la ville, et le Patio des Orangers, sont les seuls restes de la mosquée musulmane. Couronnant la superbe tour de 102m, se dresse une statue de la foi en forme de femme portant des vêtements classiques romains, tenant dans une main un bouclier et dans l’autre une palme. Elle est populairement connue comme « El Giraldillo », du nom espagnol « girar » -tourner. Du sommet, la vue est exceptionnelle sur toute la cité.

Les couleurs de l’habitat sévillan sont le rouge, l’ocre et le blanc. L’ocre (albero) représente la couleur du sable, le rouge (almagra) est fait avec du minerai de fer et le blanc avec de la chaux. Partout dans Séville, le visiteur est émerveillé par la beauté de ces façades colorées, notamment dans le quartier Santa Cruz, avec les magnifiques patios. Partout, on peut admirer ce mélange harmonieux de briques et fer forgé. Triana est connu pour l’artisanat.

La feria, la fête de la joie, a lieu deux semaines après Pâques. La confrérie La Macarena est une des sept anciennes confréries et durant la Semana Santa, la Vierge défile au lever du jour du Vendredi Saint. Cette procession trouve ses origines au XVIIe siècle.

Pour les amateurs, il est possible de visiter la Plaza de Toros, les Arènes et le musée de la Tauromachie de la Real Maestranza de Caballeria de Sevilla.
Près du très beau Parc de Maria Luisa, se trouve la Plaza de Espana, un ample demi-cercle de 200m de diamètre.

Après ces visites intéressantes, nous vous proposons un arrêt près du Guadalquivir, non loin de la Torre del Oro, la Tour de l’Or du XIIe siècle –témoin muet du devenir historique de Séville. Arrêtez-vous au petit bar bien sympathique, le « pedalquivir », à deux pas de la Tour.

Le « Tablao El Arenal » présente la culture bohémienne avec les meilleurs maîtres de la danse, chanson et guitare de Séville. Ce spectacle, riche en couleurs, permet d’apprécier la sensation du Flamenco authentique et de grande qualité de Curro Velez.

Séville, c’est également les bars à tapas. A l’origine, il fallait protéger le verre contre les mouches par un plat. Couvrir se traduit par « tapar », d’où le nom tapa. Dans le quartier de Santa Cruz, vous avez le choix pour déguster le Jamon Iberico de Bellota ou de Jabrigo, le délicieux jambon de montagne, de la Sierra de Huelva (2,25€ una tapa et una media racion 9,40€). Quel délice ! En fait, les cochons noirs sont élevés en liberté.
Epinglons d’autres spécialités sévillanes : adobitos sevillanos (poissons frits), ternera a la sevillana (veau) et la tortilla naturellement. Cette ville de Séville est à découvrir à pied et nous vous conseillons quelques arrêts dans les sympathiques bars à tapas.
Miguel Cervantes écrivait : « Celui que Dieu aime bien, à Séville l’enverra manger ».

Notre lieu de séjour était l’Hôtel Amadeus***près de la Place de la Cathédrale, établissement agréable où le visiteur peut jouer du piano, du violon ou du violoncelle. La décoration mauresque et la vue panoramique de la terrasse sur la vieille ville nous laissent un très bon souvenir.

Muchas gracias y buen viaje !

José Burgeon

Infos pratiques :
Office Espagnol du Tourisme – rue Royale, 97 – 1000 Bruxelles 02/280 19 26 ou 29
www.spain.info
Iberia
www.iberia.es
Brussels Airlines
www.brusselsairlines.com
+ Agences de Voyages

  • s1
  • s2
  • s3
  • s4
  • s5
  • s6
4399 lectures
Portrait de JoseBurgeon
JoseBurgeon