"Porsche-Driven by Dreams", à "Autoworld", jusqu'au 25 Février 2024

écrit par YvesCalbert
le 12/12/2023

« Au début, je regardais autour de moi, mais je ne trouvais pas la voiture dont je rêvais. J’ai donc décidé de la construire moi-même … Ceux qui n’ont pas la chance de bâtir une entreprise à partir d’un rêve doivent au monde d’être les gardiens du rêve », écrivit Ferry Porsche (Ferdinand Anton Ernst Porsche/1909-1998), le fils du fondateur, en 1931, de « Porsche », Ferdinand Alexander Porsche (1875-1951).

Après les expositions ​« Porsche – De l’Électrique à l’Électrique », en 2013, et ​ »Porsche 70 ans », en 2018,  « Autoworld » poursuit sa collaboration fructueuse avec le « Musée Porsche », à Stuttgart, et « Porsche Belgique », en nous présentant – avec son actuelle exposition, proposée à l’occasion de son 75è anniversaire, « Porsche-Driven by Dreams » (« Porsche-Conduits par les Rêves ») – une collection inédite de 62 « Porsche » exclusives, présentées de manière thématique, dans un cadre unique, nous plongeant dans le monde du rêve impressionnant de « Porsche ».

Le jeudi 07 décembre, une soirée inaugurale fut offerte aux propriétaires belges d’une ou de plusieurs voitures  « Porsche », accueillis – en présence de Jacky Ickx, ainsi que des artistes Bart Kuykens et « Vexx » – par 7 « Porsche », customisées avec la mention « 75th Anniversary », alors qu’une preview payante était organisée, dès 18h, le vendredi 08 décembre, les journalistes ayant été conviés, en matinée, à une visite de presse, emmenée par la commissaire de l’exposition, Liana Picard, « PR Manager Porsche », chez « D’Ieteren », le directeur d’ « Autoworld », Sébastien de Baere, nous ayant précisé que 60% des modèles exposés avaient été prêtés par des collectionneurs, d’autres l’étant par le « Musée Porsche » de Stuttgart.

A peine entrés, que nous découvrons, sur notre gauche, la « 911 Line up 60th Anniversary », une superbe série de  9 « Porsche », jamais exposées en Belgique, chaque modèle étant fort bien présenté par un texte, à lire, pour mieux connaître chacune de ces voitures. Ainsi, nous apprenons que la première, une « Porsche 911 », fut la  première à être conçue avec une conduite à droite, l’un de ses premiers propriétaires étant le pilote suisse Jo Siffert (1936-1971), décédé en compétition, sur le circuit britannique de Brands Hatch. Du second modèle, une  « Porsche 930 Turbo », il est dit qu’elle était « une faiseuse de veuves », une voiture difficile à conduire, en raison du temps de réponse de son « turbo ».

Parmi ces 9 modèles, nous découvrons une des 75 « Porsche 911 Carrera 4S Belgian Legend », créée, en 2020, à l’initiative du groupe belge « D’ieteren », fondé en 1805, pour célébrer le 75è anniversaire de Jacky Ickx (Jacques Bernard Ickx/°Bruxelles/1945), vainqueur de six « 24 heures du Mans », dont quatre au volant d’une « Porsche »  (1976, 1977, 1981 & 1982), ayant été deux fois champion du monde d’ « Endurance », deux fois vice champion du monde de « Formule Un » et vainqueur d’un rallye « Paris Dakar ». A noter sur ce modèle exposé – de couleur bleue foncée, comme le casque que portait ce célèbre pilote belge, fait, en 2006, « Grand Officier de l’Ordre de Léopold » – la présence discrète de sa signature, sur la carrosserie, aux côtés d’un petit drapeau belge.

D’autres anniversaires sont valorisés par deux autres « Porsche », une « Porsche 996 GTS RS », de 2004, créée pour le 30è anniversaire de la « Porsche Carrera 2,7 RS », ainsi qu’une « Porsche Carera 911 S », de 2013,  produite pour le 50è anniversaire de ce modèle.

Quant au 9è modèle qui nous est présenté, il s’agit du plus récent, une « Porsche 911 GT3RS », de 2023, qui connut son petit succès populaire, à l’occasion de la « Preview » du vendredi 09 décembre.

A l’arrière de ces « Porsche », le photographe belge Bart Kuykens (°Antwerpen/1975) – auteur du livre « The Essential Love Affair » (Ed. « Buroform »/2023/336 p./papier de soie/175€), authentique déclaration d’amour à la  « Porsche 911 » – nous propose 22 de ses photos en noir-et-blanc, mises-en-scène aux Etats-Unis, suite à des rencontres, durant sept années, avec des propriétaires de « Porsche 911 ». A signaler que, quoique non sponsorisé par « Porsche », il a publié six autres livres d’art consacrés à ces voitures d’exception.

Lisons son propos : « C’est ridicule, mais quand on est jeune, on pense qu’on a réussi sa vie quand on roule en  ‘Porsche’. Aujourd’hui, je vois les choses autrement : la ‘Porsche 911’ est l’incarnation de la nostalgie d’une époque où les constructeurs bénéficiaient d’une liberté sans précédent. J’aime aussi la patine du temps. Ça ne me pose aucun problème que l’on voie que mes ‘Porsche’ ont beaucoup roulé … Je ne suis pas tellement préoccupé par les véhicules eux-mêmes. Les images montrent la relation intime entre l’individu et la voiture, entre l’homme et la machine … Ma passion pour la photographie fait désormais partie de mon âme. Tout comme un photographe compose chaque photo avec soin, la ‘Porsche 911’ est un chef-d’œuvre de design, soigneusement et parfaitement assemblé … Sa ligne est iconique. Pour les photographes, c’est un objet très gratifiant … Mon cœur fait un battement quand je vois une ‘Porsche’ classique. La ‘911’ suscite des émotions, vous transporte dans un autre temps, un autre lieu. La photographie artistique et la ‘911’ occupent une place particulière dans mon cœur. Ils incarnent le pouvoir de l’art pour surmonter le temps et toucher nos âmes. »

A la gauche de ces oeuvres, un autre artiste anversois, Bart Verheyen (°Antwerpen/1963), a customisé, en 1966,  avec l’appui de la société « Dam’s Grafix », de Limal, la « Porsche 911 Art Car », en style « pop art », son « pavillon » (toit) étant recouvert par des citations de Mario Andretti (°Montona/1940), Juan Manuel Fangio (1911-1995), Graham Hill (1929 -1975), Nicky Lauda (Andreas Nikolaus Lauda/1949-2019), Steve McQueen (Terrence Stephen McQueen/ 1930-1980), Stirling Moss (Stirling Craufurd Moss/1929-2020), Jackie Stewart (John Young Stewart/°Dumbarton/ 1939), …

De ce type de customisation Bart Kuykens écrivit : “On aime ou on n’aime pas, mais je ne trouve pas qu’il aille trop loin. C’est comme avec Pablo Picasso : soit on aime son œuvre, soit on ne l’aime pas, mais on peut difficilement dire de lui qu’il est un amateur.”

Plus loin, dans un décor de désert, nous trouvons quatre « Porsche » ayant participé au « Paris-Dakar », dont la  « Porsche 959 », qui, pilotée par Jackie Ickx et l’acteur français Claude Brasseur (1936-2020), premiers en 1983, se classèrent seconds, en 1986, derrière un autre équipage « Porsche », composé des pilotes français René Metge  (°Montrouge/1941) & Dominique Lemoine, cette édition du « Paris-Dakar » ayant traversé le Niger, la  Guinée, la  Mauritanie et le Sénégal, sur un parcours de 13.600 km.

Extrait d’une entretien avec Jacky Ickx, avec nos collègues du « Moniteur Automobile » : « Oui, ‘Porsche’ occupe une place fatalement importante puisqu’on a roulé 10 ans ensemble, mais je ne suis que le miroir de leurs résultats, car derrière le miroir il y a des tas de gens formidables et incroyablement compétents, passionnés. Je suis, parait-il, celui qui a gagné le plus, je suis le détenteur du record du nombre de victoires en courses d’endurance. Quand je regarde en arrière je me dis que ce n’est pas moche… Même si je me classe dans la catégorie des dinosaures, d’abord parce que je suis un survivant. Je suis un de ceux qui a roulé le plus longtemps au plus haut niveau sans me faire mal. »

« Le ‘Dakar’, c’est quelque chose de très particulier. Ce n’est pas seulement la plus difficile et la plus longue course. Parallèlement au défi sportif que représentent des étapes de 400, 500, voire 800 km pendant 3 semaines, voire une étape marathon de 2300 km, et parfois de nuit, un ‘Dakar’ vous remet surtout les idées en place. Il faut beaucoup d’expérience pour y arriver. Le projet ‘Porsche’ au ‘Dakar’ n’aurait pas existé si je ne l’avais pas fait avant. Ce projet n’a existé que parce que j’ai gagné avec ‘Mercedes’. »

Notons le propos de Wolfgang Porsche (°Stuttgart/1943), président du « Conseil de Surveillance » de « Porsche » et de « Porsche Automobil Holding SE » : « Pour moi, il s’agit de créer de la sécurité, dans les bons comme dans les mauvais moments, pour que ‘Porsche’ continue à être ‘Porsche’ à l’avenir. »

Avant d’emprunter l’escalier principal, nous admirons un sapin de Noël géant, au pied duquel nous voyons une  « Porsche 911 Cabri », de 1984, portant deux paires de ski alpin, alors qu’au passage, nous découvrons une pièce importante de la collection permanente, une « Lincoln Continental », de 1965, utilisée, autrefois, par le Roi Baudouin de Saxe-Cobourg (1930-1993).

A l’étage, les « Porsche » nous sont présentées sous trois thématiques : « Unseen » (véhicules présentés pour la première fois, souvent proposés en duos, constitués du modèle de création et d’un modèle de la série de véhicules mis en vente, parfois réalisé dix ans plus tard, tous pouvant déjà être réservés), « Héritage » & « Sports »

Dans cette troisième thématique, nous trouvons une « Porche », qui fut conduite par Thierry Boutsen (°Bruxelles/ 1957), lauréat de trois « Grands-Prix », en « Formule 1 », aussi bien que, sur des « Porsche 962 C », des « 24 heures de Daytona » , en 1985, et des « 1.000 km de Spa », en 1986. Détenteur, entre 1980 et 1990, de 9 titres honorifiques, sur 11, de « Champion de Belgique des Conducteurs », attribués par le « RACB » (« Royal Automobile Club Belge »), il déclara : « Avec ses prototypes 956 et 962C, ‘Porsche’ a permis à des équipes privées de concourir pour les victoires aux championnats du monde. Mes succès dans ces voitures de course m’ont aidé à démontrer mon talent et à maintenir ma confiance lorsque les choses n’allaient pas très bien en ‘Formule 1’. »

Mise à l’honneur nous découvrons une « Porsche 917K », de l’ écurie « Martini Racing », qui, avec le N° 3, sous la conduite des pilotes britannique Vic Elford (Victor Henry Elford/1935-2022) et français Gérard Larousse (°Lyon/ 1940), remporta, en 1971, les « 12 heures de Sebring ».

Notons une particularité, la présence d’une « Porsche 956 B Roadster », fabriquée en Belgique, chez « D’Ieteren », à la demande de « Porsche Allemagne », leur usine allemande venant d’être incendiée, 724 voitures – certaines étant destinées au marché américain, 300 d’entre elles étant toujours en circulation – ayant ainsi vu le jour sur notre territoire, le sigle de « D’Ieteren » figurant sur la carrosserie.

Egalement présente une « Porsche » dont la moitié de la carrosserie est réalisée … en briques « Légo », attirant nos enfants au sein d’un espace prévu à leur attention, avec la possibilité de créer ce qu’ils veulent avec ces bien connues briques danoises, de colorier des dessins de voitures « Porsche », ou, pour les ados, de se mettre au volant de l’un des deux simulateurs, les voitures exposées juste à côté étant des modèles de courses automobiles.

Pour les « grands enfants » aussi bien que les « petits », de nombreuses « Porsche miniatures », à l’échelle 1/43è,  nous sont présentées, sous vitres, tant au rez-de-chaussée qu’au premier étage, la plupart émanant de la collection d’Eric Jansen, qui n’hésite pas à ajouter une note personnelle à certains de ses modèles réduits, comme un Père Noël ou de petits sapins.

Surprise, … un lit matrimonial est dressé, évoquant la possibilité de rêver, nous rappelant le titre de l’exposition  « Porsche-Driven by Dreams » (« Porsche-Conduite par des Rêves ») et nous incitant à participer à un concours de photographies, les meilleurs clichés devant être récompensés.

A proximité, outre différents modèles de sport automobile, notre attention est attirée par une seconde voiture customisée, la « Porsche Vision Gran Turismo », ce travail étant l’oeuvre de « Vexx » (Vince Okerman/°Bruxelles/ 1998).

« La première fois que j’ai travaillé avec ‘Porsche’, c’était comme faire un pas vers mon rêve, (mais) peindre une vraie voiture à la main est très difficile, car on n’a qu’une seule chance d’y parvenir … Je suis fier d’avoir pu travailler aux côtés d’une icône créative, comme Daniel Arsham (artiste américain, travaillant à New York, né à  Cleveland, en 1980/ndlr). … Cela me motive et m’inspire pour continuer à poursuivre dans cette voie à l’avenir », déclara cet artiste belge, suivi par 800.000 internautes et 3 millions de personnes sur « You Tube », ses clients et  collaborateurs étant, outre « Porsche » :« Gucci », « Puma », « Red Bull », « Samsung », « You Tube », …

Une dernière « Porsche » nous est présentée dans la « Bagnole Brasserie », un espace où nous pouvons nous restaurer (par exemple : « croquettes de crevettes, citron, persil frit », pour 18€, ou « burger de boeuf ‘Angus’, cheddar, compotée d’oignons, mayonnaise ‘teriyaki’ : 20€).

Sur un écran vidéo, un film tourne en boucle : « Le Fidèle » (Belgique–France/2017 /120′), réalisé par Michaël R. Roskam (Michaël Reynders/°Sint-Truiden/1970), qui l’auteur de « Rundskop » (« Tête de Boeuf »/Belgique/2011/ 129’/film lauréat, en 2012, de 3 « Magritte du Cinéma »), ce réalisateur belge, propriétaire d’une « Porsche », depuis 1986, et un grand admirateur de Jacky Ickx, se réjouissant, selon ses mots « de vivre au contact de deux mondes de rêves, ceux du cinéma et de « Porsche ».

Pour le directeur d’ « Autoworld », Sébastien de Baere, « cette exposition bien plus qu’une collection de véhicules, nous offre un voyage à travers l’histoire, l’innovation et la passion qui définissent ‘Porsche’. » 

Ouverture : jusqu’au dimanche 25 février 2024, du au, du lundi au samedi, de 10h à 17h, le dimanche de 10h à 18h . Fermetures : les lundis 25 décembre 2023 & 01 janvier 2024. Prix d’entrée : (incluant l’accès à la collection permanente de plus de 300 véhicules) : 15€ (13€, dès 65 ans / 11€, pour les étudiants / 7€, de 6 à 11 ans inclus /  0€, pour les moins de 6 ans ou avec la « Brussels Card »). Catalogue : 86€. Contacts : 02/736.41.65  &  info@autoworld.be. Site web : http://www.autoworld.be.

A noter, qu’au rez-de-chaussée, à l’arrière des « Porsche » exposées, nous pourrons, également, intéresser nos enfants aux voitures que « Tintin » utilisa dans ses aventures, telle la « Ford Modèle T » (créée en 1909), que  « Tintin » pilota au Congo (« Tintin au Congo »/Ed. « Petit Vingtième »/1931), un modèle de cette voiture étant exposé, de même que de nombreux modèles miniatures et reproductions de cases des BD, dessinées par  « Hergé » (Georges Remi/1907-1983), publiées, aujourd’hui, chez « Casterman ».

A l’étage, les passionnés de la Bande Dessinée, retrouveront, aussi, deux « Vaillante », modèles créés à partir des dessins du créateur français, en 1957, de Michel Vaillant, Jean Graton (1923-2021), dont le fils, Philippe Graton  (°Uccle/1961) continue à écrire les scénarios, pour différents dessinateurs, d’authentiques « Vaillante » ayant participé à des compétitions automobiles.

Yves Calbert.

Portrait de YvesCalbert
Yves Calbert

Yves Calbert

A lire aussi