Oufalîje. Hyût di sètimbe. Li fièsse dès bouwrèsses

écrit par ReneDislaire
le 08/09/2022
La célèbre Blanchisseuse, de Jean-Baptiste Siméon Chardin (XVIIIe siècle) musée de l'Ermitage de St-Pétersbourg), France ...

Oufalîje. Hyût di sètimbe. Li fièsse dès bouwrèsses  
Houffalize, le 8 septembre. La fête des blanchisseuses 

Lès bouwrèsses
Oufalîje èsteût one vîye doû ki gnaveût  bramint dès  bouwrèsses.
Dès fèmes bouwrèsses di mèstî. On ovradje k’on n’sêt pus si rinde conte come il èsteût nâhichant, c’èst rin di l’dire.
Dès grossès djoûrnées, tèribe, k’il èsteût câhî impossibe d’èn.n èst fê, deûs djoûrs è rote.
Lès bowrèsses di mèsti, c’èsteût dins lès ôtels, a l’ospice, èt mon des ritches ou dès mènadjes ki l’fème aveût on mèsti foû d’il mâhon.
Les blanchisseuses
Houffalize était une ville comptant pas mal de blanchisseuses.
Des blanchisseuses de métier. Un travail dont on ne peut plus se rendre compte combien il était fatigant, ce n’est rien de le dire.
Des grosses journées, terrible, au point qu’il était presqu’impossible d’en faire, deux jours de suite.
Les blanchisseuses de métier, c’était pour les hôtels, l’hospice, et certains riches ou ménages dont la femme avait une profession à l’extérieur.

One bouwée tos les londis
Dins lès mènadges d’one famile, on fzéve li bouwée tos les londis.
One fameûze tchèdje, ca bramint des familes avint cinq èfants ou co pus’, èt l’ vîe èsteût pus anichtante k’asteûre po lès moussemints des ovrîs èt dès èfants tofèr a lâdje coûtchis al tère.
Èt po tortos, dès blankès tchimîches impècâbes pwartées tos les dimègnes èt dès cops pus.
Une lessive chaque lundi
Dans les ménages d’une famille, on faisait la lessive tous les lundis.
Une fameuse charge de travail, car nombreuses étaient les familles de cinq enfants ou davantage, et la vie était plus salissante qu’aujourd’hui pour les vêtements des ouvriers et des enfants souvent dehors et à tout bout de champ couchés à terre.
Et pour tout le monde, des chemises impeccablement blanches portées au moins tous les dimanches.

L’ovradje d’on londi  
Faléve si lèver matin.
Dins l’buandrîe, i gn’aveût on gros pot d’ fonte doû ç’kon mèteût a tchâfer èt min.me a cûr l’èwe.
Dès bassines en tole di totes lès sôrtes, one tote grande ou on batch  po rincer.
On-z-aveût mètou lès bagues à wachoter l’dimègne à l’nut.
Èt to s’lèvant l’londi, purmîlmint, aloumer l’feu dizo l’gros pot. Dès rututus, des chètes, des pt’its bokèts d’tinre bwès èt anfin do dur, dol hêsse come po l’tchâfadje di l’mâhon.
Dins l’èwe di rinçadge dès blancs (linçous, tîgues, tchimîches…), mète one nokète di bleû (po rinde pus blanke ben porfond lès bagues).
Dure opérâcion : twade les bagues avou l’fwèce di sès brès. On.n èst sôrtéve abatou.
Passer su l'plantche a lâver n'èsteût nin âhi non pus.
Cûre, sav’ni, rincer, souwer.  Èt li mârdi ristinde, rakeûze, racomôder, rabok'ter . Fameûs programe.
Le travail d’un lundi
Il fallait se lever de grand matin.
Dans la buanderie, il y avait un gros pot en fonte où on mettait chauffer et même cuire l’eau.
Des bassines en tôle de toute sorte, une toute grande ou un bac pour rincer.
On avait mis le linge à tremper le dimanche soir.
Le lundi au lever, avant toute chose, allumer un feu sous le gros pot. Des copeaux, dès chètes (menu bois), des petits morceaux de bois tendre (sapin, bouleau) et enfin du dur, le même hêtre que pour chauffer la maison.
Dans l’eau de rinçage « des blancs » (draps de lit, taies d’oreiller, chemises) mettre un peu (une noix) de bleu (pour rendre le linge plus blanc, et bien profondément).
Dure opération que de tordre le linge à la force de ses bras. On en sortait abattu.
[On annonce que la reine d’Angleterre vient de mourir]
Paser à la planche à laver, pas facile non plus.
Cuire, savonner, rincer, faire sécher. Et le mardi, repasser, recoudre, raccommoder, rapiécer. Fameux programme.

Mète a souwer
On pindéve a souwer su des fils, al cwâde, mès li mî po blanki li pus’ possibe, c’esteût « a pré » su l’sîne ou a long dil grande èwe (pré Véri, pré Alèt, pré do liyon, ou ad.dé l’gare).
Sins rouvyi, min.me si c’èsteût rare a mîtan d’il vîye, su’l’hâye.
Impôrtant d’aveûr ataké fwart matin èt fêt tot d’one bèle vitesse, po k’totes les bagues sèyèchent bin sètches èt  rintrées divant fin d’après non.ne. Gare al pleûve dès vèsprées!
Si on mètéve a souwer ad.dé l’grande èwe, por sur ki c’èst la k’on fizeût l’rinçadje.
Ca spârgni d’l’èwe, c’èst spargni dès sous; oute di çoula li londi matin (bouwées) èt sèmdi après-non.ne (bagnes) li gar’champète fizéve li toûr  : « tot doûs avou l’èwe, mès djins, po n.nin ki l’comune toume a court d'èwe ! »
Mettre à sécher 
On pendait à sécher sur des fils, « à la corde », mais le mieux pour rendre le plus blanc possible, c’était « sur le pré » dans son propre terrain, ou le long de l’Ourthe (pré Véry, pré Halet, pré du lion, ou près de la gare).
Sans oublier, même si c’était rare au centre de Houffalize, le linge mis à sécher sur une haie.
Important d’avoir commencé fort matin et accompli tout sans arrêts, pour que tout le linge soit bien sec et rentré avant la fin de l’après-midi. Car gare aux pluies du lundi soir !
Si on mettait à sécher au pré le long de l’Ourthe, bien sûr que c’est là que l’on rinçait.
Car économiser l’eau, c’est économiser des sous; de plus, le lundi matin (lessives) et les samedis après-midi (bains), le garde-champêtre faisait le tour : "tout doux avec l’eau, mes gens, pour que la commune ne tombe pas à court d'eau."

Èt lès bouwrèsses di mèsti?
Gna des femmes k’avint l’buandrie ol mâhon po les p’pits cliyants, ou bin alôrs li buandrie èsteût a l’ôtel, a l’ospice, ou ol mâhon dès mêsses.
Èles minint lès bagues a pré avou one berwète, dins on rèpse, vanadje sôrte d'one banse ou d'on tchèna sins pougnîes come dès orèyes ki stitchêt (lès Bordjeûs lès fabrikint zèls min-mes o l’mahon al Sin’R’mé).
Et les blanchisseuses de métier ?
Il y a des femmes qui avaient la buanderie à la maison, pour les petits clients, ou bien alors la buanderie était à l’hôtel, à l’hospice ou dans les maisons des maîtres.
C’est avec une brouette qu’elles conduisaient le linge au pré, dans un « repse », vannage  du genre « banse ou tchèna » , mais sans poignées en saillie comme des oreilles  (les Houffalois en fabriquaient eux-mêmes à la maison en automne – Saint-Remy).

Vive lès essoreûzes
On l’rèpète èt on l’rèpète, a vintime siéke,  l’invancion d’il lèssiveuze a stou one bèle chance po lès fèmes èt l’vikadje (la manière de vivre) dès familes.
On p’tit rapèl. Cwand on-z-a pinsé a vinde dès lèssiveuzes o l’Eûrope, jusse après guère, po fê come lès Amèrikins, ça costéve trop tchîr.
Alôrs, âtoûr des an.nées cinkante cink, c’èst dès ustèyes élèktrikes ki n’sièrvint k’a èssorer k’ont stou vindous.
Èt l’purmîle do kwartî k’èn.naveût one, si vèyéve bouchi a si  uch : c’èst lès vwèzines ki vinint po sayi.
Paski su one djournée d’bouwée, c’èsteût twade èt ritwade ki râyéve li pus lès fwèces foû do cwar.
Vive les essoreuses
On n’arrête pas de dire : au XXe siècle, l’invention de la lessiveuse a été primordiale pour le bien-être des femmes, et de la vie de famille.
Rappelons-nous quand même que quand il a été question de commercialiser les lessiveuses, symboles de l’american way of live,  juste après la guerre, le prix était prohibitif.
Alors, vers 1955, c’est une machine électrique à fonction uniquement d’essoreuse qui a été vendue.
Et la ménagère qui allait en posséder une, la première, se voyait bien obligée d’accueillir le voisinage pour en profiter.
Car dans tout le programme d’une lessive, c’était tordre et retordre le linge qui arrachait le plus les forces hors du corps.

La fête du 8 septembre, fête des lavandières, blanchisseuses
Le 8 septembre était -est toujours – une des petites fêtes de la Ste Vierge (Nativité), par opposition à la grande fête, le 15 août, l’Assomption, jour férié.
Le rapport entre les blanchisseuses et la petite fête de la Vierge ?
La tradition disait que pour les lessives faites entre les deux fêtes de la Vierge des 15 août et du 8 septembre, le linge rangé dans les armoires ne jaunirait pas.
Trois semaines. Une période de travail très intense donc, dont le terme méritait bien une récompense liturgique.
Le 8 septembre, de Houffalize et des villages environnants du nord, on affluait en pèlerinage à N.-D. de Forêt, à Taverneux.

René Dislaire ©  Houffalize, le 8 septembre 2022

Présentation. Un texte en wallon de houffalize, assez facile, sur le métier et les activités concernant les lessives, à Houffalize. À l'époque du bon vieux temps béni du tout-à-la main, bien sûr.
Image: planche à lessiver.

Mots clés.  houffalize,septembre,fete,blanchisseuse,lessive,bouwresse,bouwée, travail,femme,wallon 

            

  • La célèbre Blanchisseuse, de Jean-Baptiste Siméon Chardin (XVIIIe siècle) musée de l'Ermitage de St-Pétersbourg), France ...
  • Planche à lessiver (et essoreuse rudimentaire à rouleaux)
60 lectures
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire