Houffalize: la (seule) vraie histoire du pré du lion

écrit par ReneDislaire
le 12/09/2022
Le pré du lion, la grande fabulation.

La (seule) vraie histoire du pré du lion

1. Li liyon, li tèreûr dès grands bwès
Cwand il èsteût djône, lu, si pwissant,
Ses ans div'nant por trop pèsants,
N'aveût pus rin vormint d'on rwè.

Le lion, la terreur de nos grands bois
Quand il était jeune, lui, si puissant,
Ses ans devenant hélas trop pesants
N’avait vraiment plus rien d’un roi.

2. Il aveût min.me sogne dès leûs,
Tot ostant dès singlés rigrognants*
A Wibrin intèr lès Tayes èt Sint Djan.*
I kèra oûriche addé lès Bordjeûs.

Il avait même peur des loups,
Et tout autant des sangliers grognants*
À Wibrin, entre les Tailles et Saint-Jean.*
Il chercha asile chez les Bordjeus.

3. "Voci, doù k'èle court li grande èwe,
C'èst voci, di-st-i, ki dj’voûreûs bin mori."
Li mayeûr lî dit : "vos n'aroz nin l'paradis, 
Jusse on pré ki fât dès côps k'on sèwe".

Voici, où coule l’Ourthe,
C’est ici que je souhaite mourir.
Le bourgmestre lui dit : vous n’aurez pas le paradis
Juste un pré qu’il faut des fois qu’on assèche.

4. Il î passa l'îvier, ramassa dès roumatisses,
Li prétimps la, i r'çût l'ècstrème onksion,
Cwand s'acoplint chouflant lès p'tits mochons.
Lès èfants touchés riloukint, tot tant: "c'èst trisse".

Il y passa l’hiver, ramassa des rhumatismes,
Le printemps venu, il reçut l’extrême onction,
Quand s’accouplaient, sifflant, les petits oiseaux.
Les enfants, émus, regardaient en disant : "c’est triste".

5 . Li chèf  dès cwarbâs crowassa : "i m'èst vint mâ.
Dji l'vons miner o-zès çûs. Tortos! hissez hôt!"
Tos lès ouhês subi'tmint s'ont mouwés angèlots:
Vla l'liyon è voye pwarté juskâ l'divin crama.

Le chef des corbeaux croassa : "il m’en vient mal.
Nous allons le conduire au Ciel. Tous ! Hissez haut."
Tous les oiseaux subitement se sont mués en angelots,
Voilà le lion en route, porté jusqu’à la divine crémaillère. 

6. L'ièbe ni crèche pus doù ki s'èdwarma li rwè dès fabulâcions,
C'èst les oûhès ki bektêt tofèr po ki n.n'aye pus pont.
I-z-ont r’mètou, à l'èchèvine dès bièsses, one pèticion,
K'on-z-i dresse, come a Watèrlo, li statûe d'on liyon.

L’herbe ne pousse plus où s’endormit le roi des fables,
C’est les oiseaux qui picorent sans cesse pour qu’il n'y en ait plus.
Ils ont remis, à l’échevine (de la protection) des animaux, une pétition,
Pour qu’on y dresse, comme à Waterloo, la statue d’un lion.

René Dislaire  ©  Houffalize, le 12 septembre 2022

 

 

Version alternative:
2. ---
Tot ostant k'on singlé ki grogne,
Su les copètes la hôt di l'Cèdrogne.
***
2. ---
Tout autant que d’un sanglier qui grogne,
Sur les hauteurs de la Cédrogne.

 

 

  • Le pré du lion, la grande fabulation.
Portrait de ReneDislaire
René Dislaire