Une création de Luc Petit, "De Modave à Versailles", du 13 au 22 Août, dans le Parc du Château de Modave

écrit par YvesCalbert
le 08/08/2021

Saviez-vous que c’est dans le Condroz liégeois, au Château de Modave, que furent rendus possibles les somptueux  jardins d’eau de Versailles, grâce à la fameuse « Machine de Marly », invention de Rennequin Sualem (1645-1708), qui l’avait conçue au départ pour Modave, avant qu’elle ne soit exportée pour incarner les rêves de Louis XIV (1638-1715 ).

Spécialisé dans la fabrication de « machines d’exhaure », permettant d’évacuer à distance les eaux inondant les galeries des mines, de plus en plus nombreuses à être exploitées, Rennequin Sualem réussit, également, vers 1668, à alimenter en eau le Château de Modave, grâce à un affluent de la Meuse, la rivière du Hoyoux, qu'il surplombe.

C’est en observant ce chantier, à la demande du Comte de Marchin qu’Arnold de Ville (1653-1722), un gentilhomme hutois fréquentant la Cour du "Roi Soleil", que l’idée lui vint de proposer au Souverain français de lui construire une machine élévatoire pour alimenter les jardins du Château du Val, dans la forêt de Saint- Germain-en-Laye.

Ambitieux, ce dernier a déjà une idée en tête. Il veut, au travers de ce travail, prouver qu’il est capable d’offrir à Versailles ce qu’aucun ingénieur français n’avait réussi avant lui : alimenter le millier de fontaines, de plans d’eau et de cascades, imaginés par André Le Nôtre (1613-1700), avec l’eau de la Seine.

Construite en moins de quatre ans, la "Machine de Marly" produisait, à ses débuts, 6.000 mètres cubes d’eau par jour. Constituée de 14 roues, elle permettait d'élever l'eau de 163 mètres, afin d'alimenter en eau les nombreux bassins et fontaines du Château de Versailles.

Quant au Château de Modave, également appelé Château des Comtes de Marchin, alors équipé d'un donjon et de deux ponts-levis, aujourd'hui disparus, sa première construction remonte au XIIIè siècle. Restauré dès 1657, dans le style de la grande achitecture française, propre au règne Louis XIV, il appartient, aujourd’hui, à la "CIBE" ("Compagnie Intercommunale Bruxelloise des Eaux"), qui exploite, en sous-sol, des captages d’eau.

C'est cet intérêt historique méconu qui a motivé Luc Petit (°1962) - directeur artistique  et metteur en scène tournaisien des spectacles proposés par son asbl hutoise, fondée en 2005, « Les Nocturnales » - à choisir le Parc du Château de Modave, pour créer son prochain spectacle, "De Modave à Versailles", fidèle à son désir de théâtraliser des monuments, comme il le fait l'hiver, avec "Le Noël des Cathédrales" et l'été, dans le Parc du Château de Beloeil.

Comme toujours dans les spectacles de Luc Petit, nous assisterons à un dialogue entre histoire et présent, entre génie et avenir, porté par nombre de comédiens, acrobates aériens, lanceurs de feu, jongleurs et danseurs, qui uniront leur art, afin de nous permettre d'entrer dans le jeu, en ce lieu emblématique de l’histoire de l’eau.

Notons le grand succès remporté par les récentes créations de Luc Petit, "Les Folkloriales de Namur", "Les Folkloriales de Bastogne" et "Le petit Chaperon Rouge", dont les représentations se poursuivent, dans le Parc du Château de Beloeil, jusqu' au dimanche 15 août.

Dans ce cadre majestueux du Château De Modave, rendez-vous à l'entrée du Parc, du vendredi 13 jusqu’au dimanche 22 août, pour assister à l'une des représenations de « De Modave à Versailles ». 

Représentations : du vendredi 13 jusqu'au dimanche 22 août, à 21h30 et 22h30 (accueil dès 21h). Prix d’entrée :  12€50 (08€50, de 02 à 12 ans / 0€, pour les moins de 2 ans). Contacts : 02/616.45.29 ou  info@nocturnales.be. Site web : http://www.nocturnales.be.

Yves Calbert.

 

 

49 lectures
Portrait de YvesCalbert
YvesCalbert