Retour sur "Les Solidarités", à la Citadelle de Namur

écrit par YvesCalbert
le 31/08/2022

Du vendredi 26 jusqu'au dimanche 28 août, plus de 52.000 festivaliers se sont retrouvés, une dernère fois avant plusieurs années, sur le site de la Citadelle de Namur.

 

De fait, ce dimanche 28, vers 13h15, à l'occasion de d'une conférence de presse, nous avons appris que, du vendredi 25 jusqu'au dimanche 27 août 2023, "La Fête des Solidarités" se déroulerait toujours sur le territoire de la Ville de Namur, mais à Suarlée, sur le site d' "Ecolys", à 10 minutes en voitures de la gare de Namur, étant donné que le Stade des Jeux et le Théâtre de Verdure seront en phase de totale restauration.

 

Mais revenons, avec les organisateurs, à l'immense succès de cette 8è édition des "Solidarités" : "Ce festival a vécu au rythme des retrouvailles, des moments musicaux émouvants, de la joie de 'revivre' ensemble et de se ré-inventer un futur proche. Au niveau artistique, les instants de bonheur ont été nombreux ! Des artistes au sommet de leur forme et de leur générosité. Des moments de partage et de proximité comme on les aime. En citer quelques-uns serait injuste car ils ont tous donné le meilleur d’eux-mêmes avec toujours également un public très nombreux pour les découvertes et les talents de demain."

 

"Aux côtés de cette programmation musicale, l’ 'Agora' s’est déroulée vendredi après-midi. Elle a été l’occasion pour plus de 600 personnes de réfléchir et débattre ensemble aux grands enjeux et défis à relever, en termes d’alimentation et d’environnement. Car avec l’engagement citoyen comme objectif, les 'Solidarités' continuent de réunir, à chaque édition, davantage d’acteurs de la société civile autour d’importantes questions de société. Outre une affiche particulièrement qualitative et volontairement hétéroclite, ce sont aussi une centaine d’activités diverses et variées, qui ont rythmé ces trois jours intenses : conférences, concerts, spectacles pour enfants, activités ludiques, découverte de la culture urbaine qui a connu un énorme succès, mise en valeur du monde associatif, (sans oublier) la première expérience de la 'Radio des Solidarités' et les projets d'une quarantaine d'associations présentes sur le site."

 

Jean-Pascale Labille, Président des "Solidarités", souligna : "Ce fut un long travail de remise en forme, pour lequel je me dois de remercier nos équipes, vu que jusqu'en février 2022, nous ne savions pas si la présente édition pourrait avoir lieu."

 

Revivons en photos quelques moments inoubliables de ces 8è "Solidarités", la place nous manquant pour publier des clichés de tous les artistes présents sur les hauteurs de la Citadelle.

 

Vendredi 26 :

 

*** Au "Théâtre de Verdure", dès 21h20, nous saluions le tour de chant du  jeune auteur-interprête bruxellois Ico  (Salim Elakkari).

 

*** Pour terminer en beauté la première journée, dès 22h45, sur l' "Esplanade", c'est une ovation qui accueillit Grand Corps Malade (Fabien Marsaud/°Blanc-Mesnil/ 1977), lauréat de « Victoires de la Musique », en 2007 et 2021, qui s'illustra aussi au niveau du cinéma, tant comme acteur que comme réalisateur, notamment pour son film "Patients" (Grand Corps Malade & Mehdi Idir/Fra./2017/110'), qui reçut, en 2018, 4 nominations aux "César" et 3 aux "Prix Lumières", remportant, en 2017, le "Prix du Public" du "Festival du Film d'Amour", à Mons, ainsi qu'en 2017, au "Festival du Film de Sarlat", la "Salamandre d'or du meilleur Film", le "Prix d'Interprétation masculine" et le "Prix des Lycéens".

 

Samedi 27 :

 

*** Au "Théâtre de Verdure", à 17h15, Poupie (°Tours/1998), une chanteuse d'un extraordinaire dynamisme, qui n’enleva ses lunettes sombres que l’espace d’une chanson.

 

"Alors je prie / Tout c'qu'y a à prendre dans cette vie je veux l'apprendre / J'veux plus attendre qu'on me dise que j'dois attendre ... / ... Mais c'est ainsi / Et toutes mes heures sont des secondes car je les vis / Et toute ma vie j'rêvais d'un monde un peu moins vide." (© Poupie)

 

*** Sur cette même scène, à 19h45, nous accueillions la conviviale chanteuse-guitariste belge, aux cheveux bleutés,  Doria D (Doria Dupont/°Louvain-la-Neuve/2000).

 

"J'ai pas la méthode / J'ai pas les codes / J'suis hors tempo / À fleur de peau / Je me noie dans mon propre corps / J'ai pas la méthode / J'ai pas les codes / J'suis hors tempo / Mon cœur bat trop / Et ça résonne beaucoup trop fort / J'pense trop / J'réfléchis trop." (© Doria D)

 

*** A 21h, sur l' "Esplanade", Benjamin Biolay (°Villefranche-sur-Saône/1973), un rockeur d'une sensibilité hors normes, récolta un succès mérité.

 

"Prends-moi tout / Mes passions, mes désirs, mes totems en étain / Emporte-tout, sois sûr que tu n'oublieras rien / Déleste-moi, n'y va pas par quatre chemins ... /...Mais rends l'amour / Que je t'avais prêté / Reprendre c'est voler." (© Benjamin Biolay)

 

Interprétant d'abord "La Superbe", titre de son 5è album, gravé en 2009, il termina sa prestation avec "Comment est ta Peine", sorti en 2020, une peine qui pourrait avoir été la sienne, lui qui fut le compagnon de Vanessa Paradis.

 

Notons encore que Benjamin Biolay est l'auteur de la musique du film, actuellement en salles, "Et j'aime à la Fureur" (André Bonzel/Fra./2022/97').

 

*** De l' "Esplanade", retour au "Théâtre de Verdure", à 22h15, pour applaudir la chanteuse française, d’origine marocaine Imen Es (née Imen Essrhir/°Sevran/1998), qui se produisit face à des milliers de portables allumés, remplaçant les briquets d’autrefois, le public entonnant ses chansons, avant même son arrivée, tant attendue, sur la scène.

 

"Et j'avance malgré le vent / Même si tout l'monde dit que / J'ai jamais vraiment su faire avec les mots d'amour / Toi tu voulais des preuves j'te les ai montrées tous les jours / Hé hé des mots d'amour / Hé des mots d'amour / J't'ai laissé faire / J'y ai crû dur comme fer / J'voulais créer notre monde / Pas chacun dans sa sphère / J'voulais pas me taire / Non je voulais pas t'perdre / On était partenaires / Là j'ai le moral à terre." (© Imen Es)

 

Dimanche 28 :

 

*** Dernier auteur-compositeur-interprète à se produire, dès 19h, sur la scène du "Théâtre de Verdure", avant que ne s'entamme sa rénovation, Cali (né Bruno Caliciuri/°Perpignan/1968) laissera, à jamais, le souvenir d'une prestation de folie, lui, qui n'hésita pas à se jeter sur ses spectateurs, qui le firent avancer, allongé sur leurs bras tendus, jusqu'au sommet des gradins, tout en continuant à chanter, avant de revenir de la même manière.

 

Le côté gauche de son torse éraflé, suite à une marche manquée, en regagnant la scène, il continua son tour de chants, invitant Justine, une spectatrice, à le rejoindre, avec son calicot mentionnant : "Cali, c'est trop tard ... Je me marie samedi ! Désolée".

 

Agitant un drapeau belge, disant tout son plaisir de chanter à Namur, prenant dans ses bras sa traducrice en langue des signes, il refit un aller-retour au sein de son public, interprétant son dernier titre, revêtu d'un T-shirt rouge des "Solidarités" ...

 

*** En clôture de ces trois jours de Concerts et de ces années de présence à la Citadelle, ce dimanche 28, à 21h45, sur l' "Esplanade", Bernard Lavilliers (né Bernard Ouillon/°Saint-Etienne/1946), 75 ans, a ravi le public, resté en nombre, pour applaudir ce chanteur-compositeur de grand talent, aux opinions bien ancrées.

 

"Où es-tu, quand tu es dans mes bras / Que fais-tu, est-ce que tu penses à moi / D'où viens-tu, un jour tu partiras / Où es-tu, quand tu es dans mes bras / Je fais des mauvais rêves, j'suis sur un mauvais câble / Dans la paranoïa, pas de marchand de sable / J'vois en panoramique, urgente et désirable / Une blonde décapitée dans sa décapotable." (© Bernard Lavilliers)

 

Ayant enregistré, en 1968, son premier disque, il sortit son 22è album, aux 11 titres, "Sous un Soleil énorme", en 2021, 53 ans plus tard. Quelle brillante carrière pour ce poète-voyageur engagé !

 

A la question de Pierre Wiame, pour "L'Avenir" : "Comment avez-vous sélectionné votre 'playlist' de ce soir, à Namur", il répondit : "J'ai fait un choix et j'espère que ça va marcher. Je vais chanter 'Le Coeur d Monde', une chanson nouvelle, étrange, très sexy, où je dis des choses épouventables. Je fais souvent ça. De vielles ? 'Stand the Ghetto', en 1979, réalisée avec l'équipe de Bob Marley, et 'Idées noires', de 1983."

Ayant longuement évoqué les concerts, rappelons que "Les Solidarités" proposèrent, aussi, divers spectacles pour enfants (magie, marionnettes, ...) s'étant ouvertes aux artistes circassiens, ce qui nous permit d'apprécier, entre autres, les prestations de Pauline Zoé, une exceptionnelle championne nivelloise des cerceaux.

 

Par ailleurs, diverses associations nous permirent de réfléchir à des problématiques sociétales, telles que le droit à l'avortement, un sujet sensible, qui est à l'origine de l'annulation de l'invitation faite à la Louisiane d'être mise à l'honneur lors des 99è "Fêtes de Wallonie", à Namur, vu la récente décision de cet Etat de rendre cet acte llégal !

 

Aussi, une exposition de photos, en noir-et-blanc, de la Palestine, réalisées par Véronique Vercheval, nous attendait sous le chapiteau de la « FGTB wallonne », nous rappelant qu'un mur de 700 km, haut de 8 mètres en certains endroits, a été édifié sous les ordres du Gouvernement israélien.

 

Telles sont "Les Solidarités", qui nous reviendront, pour notre plus grand plaisir, à Suarlée, du vendredi 25 jusqu'au dimanche 27 août 2023.

 

Yves Calbert.

 

 

  • Poupie © « Les Solidarités » © Photo : Murielle Lecocq
  • Poupie & Guitariste © « Les Solidarités » © Photo : Murielle Lecocq
Portrait de YvesCalbert
Yves Calbert