Le Fonds Houillogne-Hanne : La parole aux seniors

écrit par VandenHende
le 18/12/2020

Redonner place, dignité et parole aux seniors, à travers la création artistique, la photographie, l’écriture, le mouvement : pour Jeanne Boute et son comparse photographe Vincen Beeckman, de l’asbl À travers les Arts, il ne s’agit pas que d’un devoir ; c’est avant tout un immense plaisir. Les ateliers créatifs qu’ils organisent à destination des seniors sont relayés en mots et en images dans le magazine Amour et Sagesse, créé avec le soutien du Fonds Houillogne-Hanne, géré par la Fondation Roi Baudouin.

"Oui c’est ça Paul ! Vas-y, comme si tu courais, mais sur place !". "Imaginez que vous avez un noyau de cerise coincée entre les fesses : vous les serrez bien fort pour qu’il ne tombe pas !". "Confinés, peut-être, mais pas rouillés !". Ce mercredi après-midi, les silhouettes qui s’agitent sur les balcons des logements sociaux du Bempt, chaussée de Neerstalle à Forest (Bruxelles), se découpent sur un magnifique ciel bleu. Et cela tombe bien pour Jeanne Boute, qui ne ménage pas ses efforts pour animer cette séance de ‘Gym au balcon’ pour les seniors qui vivent dans l’immeuble.

Jeanne ne manque pas de coffre : elle harangue, encourage, fait de l’humour. Un baffle posé au pied des logements diffuse une musique entraînante. La playlist, elle l’a nourrie avec les titres suggérés par celles et ceux qui, en surplomb, sur leur balcon, dérouillent leurs articulations : Kate Bush, Blondie, Madonna, Elvis Presley, Lio, Joe Dassin, France Gall, et on en passe. Marie-Joséphine témoigne : "Avec le confinement, j’ai pris 10 kilos. Le frigo m’appelle tout le temps. Alors, la gym au balcon, c’est obligatoire. Et plutôt deux fois qu’une." Yvan le jure : "Mercredi prochain, je dis à ma femme de venir : on va se dérouiller. Et pour les fêtes, on va danser au balcon ?".

Les seniors à la barre

"Depuis le début du confinement, la solitude des seniors est plus implacable encore qu’en temps normal", souligne Jeanne Boute, coordinatrice de l’asbl À travers les Arts. "On les écoute encore moins, ils sont encore plus invisibles. Il est essentiel de nourrir le lien avec eux. Ils doivent continuer à se sentir aimés, et stimulés." Pour ce qui est de les stimuler, elle s’y entend. L’asbl est soutenue par le Fonds Houillogne-Hanne - du nom de cette infirmière qui avait mis sur pied des ateliers d’art avec les patients dont elle s’occupait, lui-même géré par la Fondation Roi Baudouin. Les quelque 18.000 euros de financement que l’association a reçus voici un an lui a permis de sortir Amour et Sagesse, un beau magazine, très pro, émaillé d’articles passionnants, de dessins, d’histoires d’amour, de récits de vie, de portraits, et illustré par les photos lumineuses de Vincen Beeckman, le comparse de Jeanne Boute dans cette aventure avec les seniors.

Ce mois de décembre qui fait glisser les aînés

Le numéro un de ce trimestriel donne le ton dès les toute premières pages : "On n’est pas petits, on n’est pas tous bons, on n’est pas tous gentils (…). On boit, on danse et on rote", écrit Evelyne Flamand, qui joint le geste, c’est-à-dire un beau doigt d’honneur, à son coup de gueule contre l’appellation ‘Les petits vieux’. Cinq numéros sont déjà sortis, le sixième est attendu à la mi-décembre : "Nous voulons en faire une sorte de kit pour survivre à l’hiver", sourit Jeanne. Dont le visage devient plus grave à cet énoncé glaçant : "Le mois de décembre est le mois qui compte le plus de décès de personnes âgées, par suicide, par ‘glissement’ ou par accident, et ce aussi bien en maisons de repos qu’à domicile."

Le voisin, essentiel

Le magazine tire à 2.500 exemplaires – "On aimerait augmenter la voilure", et est distribué principalement à Bruxelles-Ville, Saint-Gilles, Uccle et Forest, dans les maisons de repos, et aussi via les pharmacies, boulangeries, bistrots, points poste, sans oublier les repas sur roue des CPAS, les livraisons de courses à domicile, etc. Notons, au passage, que la revue a pour vocation d’intéresser tout le monde, et pas exclusivement les seniors : "Les sujets traités sont intéressants pour tout le monde", souligne Jeanne Boute. "Et l’idée, en publiant des portraits, c’est aussi d’encourager la solidarité locale, de se faire rencontrer des voisins qui ne se connaissaient pas nécessairement. Le voisin d’une personne âgée, c’est la première personne à pouvoir se rendre compte de son éventuelle détresse."

Créativité tous azimuts

Vincen n’a pas son pareil pour croquer le portrait des seniors en pleine action. Normalement, l’asbl À travers les Arts encourage l’expression des personnes âgées à travers des ateliers créatifs : broderie, peinture, argile, écriture, etc. C’est donc normalement au cours de ces activités qu’il fixe les seniors sur sa pellicule et qu’ils apparaissent dans le magazine. Mais, crise sanitaire oblige, il a fallu faire preuve de créativité : la ‘Gym au balcon’ a remplacé les ateliers créatifs, et des tête-à-tête entre Jeanne et "nos vieux", comme elle les appelle avec respect et une infinie tendresse, ont lieu de part et d’autre du seuil du logement des seniors. Jeanne et Vincen sont partout, ils volent à la rencontre de seniors sans abri dans les maisons de repos, les logements sociaux, les centres de jours : partout où des personnes âgées vivent, souffrent, rient, ont des choses à dire, un souffle à émettre, une passion à partager, des expériences à transmettre.

Aucun tabou

Il n’y a pour eux aucun sujet tabou : l’apogée de son aventure avec les seniors, explique Jeanne Boute, ce serait d’initier un atelier bois sur le mode de ce que font les membres du peuple Ga, au Ghana. L’histoire est partie d’un jeune charpentier qui voulait faire honneur à sa grand-mère décédée qui rêvait de voyager : il lui a construit un cercueil en forme d’avion. Depuis, l’initiative est devenue un véritable rite funéraire, célèbre dans le monde entier. "Nous rêvons de proposer à nos aînés de fabriquer leur propre cercueil, dans la forme qui leur convient, qui les amuse, qui les inspire. Avec plein de couleurs." Au-delà du geste, il y a bien sûr l’idée de parler de la mort, de l’apprivoiser : on vous le disait, il n’y a aucun sujet tabou. Et tout est bon à réfléchir, à partager. Avec humour, Amour, et Sagesse.

À propos du Fonds Houillogne-Hanne

Géré par la Fondation Roi Baudouin, le Fonds Houillogne-Hanne a pour mission d’améliorer la santé et les conditions de vie des personnes âgées, avec une attention particulière pour les projets artistiques. Depuis 2018, le Fonds a soutenu deux projets pour un total de 21.300 euros. Le magazine Amour et Sagesse de l’asbl À travers les Arts est l’un de ces deux projets.

20 lectures
Portrait de VandenHende
Van den Hende"