5è "BRussels International Film Festival" ("BRIFF"), du 23 Juin au 02 Juillet

écrit par YvesCalbert
le 23/06/2022

Le revoici, « en vrai, en grand » (merci à Nicole Gilet et à son slogan du « FIFF »), à ses dates et lieux normauxà l’image du « Beaujolais », le « BRIFF Nouveau » arrive, à Bruxellesdès ce jeudi 23 juin, après deux éditions quelque peu perturbées, c’est un euphorisme, par la crise sanitaire.

Cette année, c’est donc le grand retour, avec des projections programmées à la « Cinémathèque royale de Belgique » (« Cinematek »), aux « Galeries »au « Palace », au « Palais des Beaux-Arts » (« Bozar »)à l’ « UGC-De Brouckère », ainsi qu’en plein airau « Mont des Arts ».

A méditer par certains de nos responsables politiques, lisons ce qu’écrivent les créateurs du « BRIFF »  (« BRussels International Film Festival »)Céline Masset et Pascal Hologne, en éditorial de leur « BRIFF Journal » : « Jamais notre devise nationale, ‘L’Union fait la Force’, n’aura autant fait de sens. Récompensé cette année par trois trophées cannois, qui le portent aux nues, notre cinéma belge n’aurait pu faire preuve d’une telle vivacité hors les murs, s’il n’avait été le fruit de cette fameuse union et d’une collaboration sans frontières. Ni communautaires, ni générationnelles. Cette cinqième édition du ‘BRIFF’ en est la preuve éclatante. »

« Grâce, notamment, à Fanny Ardant, une ‘jeune amante’, qui nous fait l’honneur d’êtrenotre invitée, grâce, aussi, à un focus autour du Septième Art ‘made in France’ ou encore à une rétrospective aux accents italiens portéé par Marina Vlady, mais, aussi, à la relève, belge, française et internationale, qui affiche déjà une céativité explosive, et à un film de clôture australie, signé George Miller, le Festival vous propose de faire le tour en images d’un monde qui bouge, qui s’interroge, s’émeut, rit, pleure et s’unit pour mieux transmettre. »

Signalons que la « SACD » (« Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques ») a attribué en 2022, ses  « Jumelles d’Or » – un coup de projecteur à des personnalités oeuvrant en faveur des auteurs et autrices, de la création et la diversité culturelle en Belgique – à Céline Masset et Pascal Hologne, un duo de choc, qui créa, en 1989, à Ixelles, comme travail de fin d’études, un « Festival du Court-Métrage », ayant pû convaincre, une performance comme simples étudiants, Alain Berliner, Gérard Corbiau, Benoît Mariage et Jaco Van Dormael d’être les membres du Jury, de ce Festival, devenu le réputé « BSFF » (« Brussels Short Film Festival »).

Mais revenons à leur second enfant, le « BRIFF », dont le film d’ouverture de sa 5è édition sera projeté ce jeudi 23 juin, à 20h, à l’ « UGC-De Brouckère »ce dernier long métrage étant le même que celui présenté pour l’ouverture du 75ème "Festival de Cannes", à savoir :

*** « Coupez ! » (Michel Hazanavicius/Fra./2022/111’/avec Bérénice Béjo & Romain Duris) que débutera, en présence du réalisateur et de deux acteurs, Charlie Dupont et Yvon Martin, ce long-métrage de fiction étant un « remake » du film japonais « Ne coupez pas ! » (Shin’ichirō Ueda/2017/96’/film lauréat, en 2019, du « Prix du Public », au « BIFFF » (« Brussels International Fantastic Film Festival »), ainsi qu’en 2018, divers Prix, au Brésil, au Canada, en Corée du Sud, aux Etats-Unis, en France, en Italie,  au Japon, au  Portugal et en Suisse).

En décentralisationMichel Hazanavicius présentera son filmà Liègeau « Sauvenière »ce vendredi 24 juin, à 20h.

Synopsis : « Un tournage de film de zombies dans un bâtiment désaffecté. Entre techniciens blasés et acteurs pas vraiment concernés, seul le réalisateur semble investi de l’énergie nécessaire pour donner vie à un énième film d’horreur à petit budget. L’irruption d’authentiques morts-vivants va perturber le tournage … »

Critiques de la Presse :

** par Jacky Bornet, pour « France Info Culture » : ‘Coupez !’ est un modèle d’orfévrerie et aussi un hommage à tous les artisans du cinéma. »

** par la Rédaction, pour « Voici » : « Michel Hazanavicius signe une comédie en forme de déclaration d’amour au cinéma. Irrésistible. »

** par Françoise Delbecq, pour « Elle » : « Sous les têtes coupées et les râles des zombies se cache la tendresse d’Hazanavicius pour le 7ème art. (Un) film fou, décalé, irrésistiblement rigolo. »

Soulignons l’immense succès obtenu par Michel Hazanavicius (°Paris/1967), pour son film « The Artist » (Fra./ 2011/100′). Parmi les Prix reçus, en 2012, notons : 5 « Oscars «  (« du meilleur Film », « du meilleur Réalisateur » , « du meilleur Acteur » {Jean Dujardin}, « de la meilleure Musique de Film » {Ludovic Bource} & « des meilleurs Costumes » {Mark Bridges}), 6 « César », 3 « Golden Globes », 8 « British Academy Film Awards », le « Prix d’Interprétation masculine » {Jean Dujardin}, au « Festival de Cannes », le « Prix Lumières du meilleur Film »,  à  Lyon & le « Prix Goya du meilleur Film européen », à Madrid. En 2006, pour « OSS 117 : Le Caire, Nid d‘Espions »  (Fra./2006/99′), son film reçut : le « César des meilleurs Décors » (Maamar Ech-Heikh), le « Golden Space Needle Award », au « Seattle International Film Festival« , & le « Tokyo Sakura Grand Prix », au « Tokyo International Film Festival ».

En outre, il est à noter que Michel Hazanavicius, président du Jury, en 2017, du « Festival du Cinéma américain de Deauville », a été nommé, en 2019, président du conseil d’administration de la ‘Fémis » (« École nationale supérieure des Métiers de l’Image et du Son », ayant été, la même année, invité d’honneur du « BRIFF ».

Signalons que l’actrice argentino-française Bérénice Bejot (°Buenos Aires/1976) a obtenu 10 Prix pour son interprétation dans « The Artist » (Michel Hazanavicius), dont, en 2012, un « César » et le « Prix Romy-Schneider », ainsi qu’en 2011, un « Prix Lumières » , alors qu’en 2013, elle recevait le « Prix d’Interprétation féminine », au  « Festival de Cannes » et le « Prix de la meilleure Actrice en Langue étrangère », au « Palm Springs International Film Festival », pour « Le Passé » (Asghar Farhadi).

De son côté, l‘acteur français Romain Duris (°Paris/1974), fait « Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres », nommé 6 fois aux « César », a reçu, en 2006, pour son interprétation dans « De battre mon Coeur s’est arrêté » (Jacques Audiard), une « Etoile d’Or du Cinéma français », un « Globe de Cristal » et un « Prix Lumières », ayant reçu, également, en 2008, le « Globe de Cristal du meilleur Acteur », pour « Molière » (Laurent Tirard) et en 2000, le  « Prix Lumières de la Révélation masculine », pour « Peut-Être » (Cédric Klapisch).

** Neuf films ont été sélectionnés pour la Compétition internationale :

*** « 1976 » (Manuela Martelli/Chili-Argentine-Qatar/2022/95′), projeté en première nationale.

Synopsis : « Chili, 1976. Trois ans après le coup d’État de Pinochet, Carmen part superviser la rénovation de la maison familiale en bord de mer. Son mari, ses enfants et petits-enfants vont et viennent pendant les vacances d’hiver. Lorsque le prêtre lui demande de s’occuper d’un jeune qu’il héberge en secret, Carmen se retrouve en terre inconnue, loin de la vie bourgeoise et tranquille à laquelle elle est habituée … »

*** « AEIOU-A quick Alphabet of Love » (Nicolette Krebitz/All.-Fra./2022/104′), projeté en première nationale.

Synopsis : « Une actrice se fait agresser devant un bar branché de Berlin-Ouest. Faisant irruption devant elle, un jeune homme prend son sac à main et s’enfuit dans la nuit. Peu de temps après, ils se retrouvent. Anna et Adrian. Cette fois, elle est son professeur et doit l’aider à améliorer ses compétences en expression orale. Adrian est orphelin et considéré comme un ‘cas difficile’. Anna est actrice mais ne travaille plus depuis un moment … »

*** « Beautifl Beings » (Guðmundur Arnar Guðmundsson/Isl.-Dan.-Suè.-P.-B.-R. tch./2022/122′) , projeté en première nationale.

Synopsis « Addi, un garçon élevé par une mère clairvoyante, décide d’adopter un jeune inadapté victimisé, dans sa bande de marginaux. Livrés à eux-mêmes, les garçons explorent l’agressivité et la violence mais apprennent aussi la loyauté et l’amour. Leur comportement dégénère entrainant des situations mettant leur vie en danger … »

*** « La Nuit du 12 » (Dominik Moll/Fra.-Bel./2022/115’/avec Bouli Laners), projeté en avant-première.

Synopsis : « À la PJ chaque enquêteur tombe un jour ou l’autre sur un crime qu’il n’arrive pas à résoudre et qui le hante. Pour Yohan c’est le meurtre de Clara. Les interrogatoires se succèdent, les suspects ne manquent pas, et les doutes de Yohan ne cessent de grandir. Une seule chose est certaine, le crime a eu lieu la ‘Nuit du 12’ … » 

*** « Las Bestias » (Rodrigo Sorogoyen/Esp.-Fra./2022/137′), projeté en avant-première.

Synopsis : « Antoine et Olga, un couple de Français, sont installés depuis longtemps dans un petit village de Galice. Ils pratiquent une agriculture écoresponsable et restaurent des maisons abandonnées pour faciliter le repeuplement. Tout devrait être idyllique sans leur opposition à un projet d’éolienne, qui crée un grave conflit avec leurs voisins … »

*** « Nana » (Kamila Andini/Indonésie/2022/104’/avec Laura Basuki, lauréate, en 2022, du « Prix de la meilleure Interprétation dans un second Rôle », à la « Berlinale »), projeté en première nationale.

Synopsis « Fin des années 1960. Nana ne peut échapper à son passé. Misérable, ayant perdu sa famille à cause de la guerre de Java Ouest, elle se remarie et commence une nouvelle vie. Mais le passé vit dans ses rêves. Son nouveau mari est riche, mais sa place dans la maison est subalterne et il est infidèle. Nana souffre en silence jusqu’au jour où elle rencontre une des maîtresses de son mari, et tout bascule … »

*** « Petite Fleur » (Santiago Mitre/Fra.-Bel./2022/98′).

Synopsis« Le couple, l’amour et la vie de famille sont de bien belles aventures que vivent José et Lucie. Jusqu’au jour où l’ennui s’installe. Lucie consulte alors un psy pour sauver leur couple. De son côté, José vient me voir, moi, Jean-Claude, leur voisin. Ensemble, nous lançons une nouvelle thérapie … »

*** « Sundown » (Michel Franco/Mexique-Fra.-Suè./2021/83′), projeté en première nationale.

Synopsis : « Lorsqu’une urgence rappelle la riche famille Bennett au Royaume-Uni, perturbant des vacances sur la côte mexicaine à Acapulco, des tensions latentes montent au premier plan entre les descendants Alice et Neil. L’équilibre délicat du clan faussement uni, comprenant les frères et sœurs Colin et Alexa est irrévocablement bouleversé … »

*** « The Stranger » (Thomas M. Wright/Australie/2022/117′

Synopsis : « Deux inconnus se rencontrent. L’un va entraîner l’autre dans une vaste et puissante organisation criminelle, lui offrant ainsi la possibilité de se racheter après un passé violent et de prendre un nouveau départ … »

** Dix Films sont présentés en Compétition nationale :

*** « A parked Life » (Peter Triest/Bel./2022/76′)

*** « Austral » (Benjamin Colaux/Bel./2022/90′)

*** « Dargon Women » (Frédérique de Montblanc/Bel.-Sui.-Corée du Sud/2022/82′)

*** « Easy Tiger » (Karel Tuytschaever/Bel./2022/60′)

*** « Entre la Vie et la Mort » (Giordano Gederlini/Bel.-Fra./2022/95′)

*** « Inner Lines » (Pierre-Yves Vandeweerd/Bel.-Fra./2022/88′)

*** « Krump » (Cédric Bourgeois/Bel./2022/73′)

*** « Le Voyage de Talia » (Christophe Rolin/Bel.-Lux.-Sénégal/2022/78′)

*** « Sous Contrôle » (Manuel Poutte/Bel./2022/104′)

*** « Une Bosse dans le Coeur » (Noé Reutenauer/Bel.-Fra./2022/62′)

Par ailleurs, 7 films constitueront le programme de la « Director’s Week »3 autres étant réunis sous le label « Séances spéciales », alors que 8 longs métrages sont réunis comme « Découvertes », le dessin animé :

*** « Icare » (Carlo Vogele/Lux.-Bel.-Fra./2022/76′) sera proposé aux Familles, en présence du réalisateur et en première nationale, le samedi 02 juillet, à 17h, à l’ « UGC-De Brouckère ».

Invitée d’honneur du « BRIFF »Fany Ardant (°Saumur/1949) sera à l’affiche de 2 films, l’un programmé à la « Cinematek », le mardi 28 juin, à 19h30 :

*** « La Famille » (Ettore Scola/Ita.-Fra./1987/122’/film lauréat, en 1987, de 5 « Prix Davi di Donatello », 11 « Prix Ciak d’Oro » et de 2 « Glbes d’Or »).

Le second étant projeté à « Bozar », le mercredi 29 juin, à 19h30, à l’issue d’une rencontre avec Hugues Dayez, le « Monsieur Cinéma » de la « RTBF ». Film programmé à « Bozar » :

*** « Lola Pater » (Nadir Moknècheunere/Fra.-Bel./2017/95′).

A noter que 15 autres films, avec Fany Ardant, nous seront proposés à la « Cinematek », jusqu’au dimanche 21 août.

Soulignons que Fany Ardant a reçu 2 « César », en 1997, comme « meilleure Actrice », pour « Pédale douce » (Gabriel Aghion) & en 2020, comme « meilleure Actrice dans un second Rôle », pour « La Belle Epoque » (Nicolas Bedos). Pour son rôle dans « Huit Femmes » (François Ozon), elle partagea, avec 7 autres actrices, l’« Ours d’Argent de la meilleure Actrice », à la « Berlinale », et le « Prix du Cinéma européen », à Berlin. En 1997, elle avait obtenu le « Prix Lumières de la meilleure Actrice », à Lyon, pour « Ridicule » (Patrice Leconte) et en 2022, le « Swann d’Or de la meilleure Actrice », au « Festival du Film de Cabourg », pour « Les jeunes Amants » (Carine Tardieu).

Une seconde invitée d’honneurMarina Vlady (°Clichy/1938) sera présente au « BRIFF », à l’occasion de « Chroniques d’Amore », une « Rétrospective autour du Cinéma italien » programmant, à la « Cinematek », en collaboration avec la « Cineteca di Bologna », 5 pépites, entièrement restaurées, emblématiques du Septième Art transalpin des années ’50 et ’60, dont, projeté le lundi 27 juin, à 19h, au « Palace » :

*** « Comizi d’Amore » (Pier Paolo Pasolini/Ita./1964/92′).

Présente dans trois des cinq films programmés, faite, en 1994, « Commandeure de l’Ordre des Arts et des Lettres », Marina Vlady reçut, notamment, en 1993, le « Prix d’Interprétation féminine », au « Festival de Cannes », pour « Le Lit conjugal » (Marco Ferreri), ainsi que l’« Etoile de Cristal de la meilleure Actrice », de l’ « Académie du Cinéma français », pour « Le Temps de Vivre » (Bernard Paul).

Grâce au « BRIFF », le vendredi 1er juillet, à 19h, au « Palace », nous pourrons retrouver Marina Vlady, alors qu’elle n’avait que 16 ans, dans :

*** « Giorni d’Amore » (Giuseppe De Santis/Ita.-Fra./1954/103’/avec Marcello Mastroianni)

… Et, pour discuter de cet « Amour à l’italienne » et de tous les autres films, rien ne vaut de se retrouver entre cinéphiles, sous le chapiteau du « BRIFF Village », dressé devant l’ « UGC », sur la Place De Brouckère …

Prix pour une sécance (sauf pour l’ouverture et la côture) : 9€. Prix pour le Gala de Clôture (incluant le verre de l’amitié): 12€. Prix du Pass (accès à toutes les séances, sauf aux deux Galas, le Gala d’Ouverture étant « sold out », le catalogue étant offert) : 45€. Contacts : 02/248.08.72 et info@briff.be. Site web (avec achats en ligne) : http://www.briff.be.

Yves Calbert.

16 lectures
Portrait de YvesCalbert
Yves Calbert