Abel Caine: "On espère revenir aux Francofolies de Spa"

écrit par Amandine.Raths
le 08/08/2017
Greg, Amandine, Milann et Micka

Abel Caine, groupe pop fondé en 2013 par les frères Chainis, était en concert dans le Village Francofou le vendredi 21 juillet lors de la 24e édition des Francofolies de Spa.

Après la sortie de son premier EP « East West » en 2013, le groupe revient avec un premier album, « Miracles ». L’occasion pour moi de m’entretenir avec Greg, Micka et Milann.

Vous étiez sur la scène des Francofolies de Spa cet après-midi. Votre concert a-t-il été à la hauteur de vos attentes?

Greg: Oui, tout à fait! C’était super! Le temps et les gens étaient au rendez-vous. Ils ont chanté, ils ont dansé… Que demander de plus?

Ca mérite donc une petite comparaison avec votre premier passage en 2013…

Greg: Il faisait deux fois plus chaud, c’était vraiment la canicule. Il y avait pas mal de gens, mais ils étaient assez loin sous les arbres. C’était vraiment marrant. C’est un souvenir très différent, mais super aussi.

A la base, seuls Greg et Micka formaient le groupe Abel Caine. Comment s’est passé la rencontre avec Milann?

Milann: Et Grogo et Sam, qui sont deux musiciens qui nous rejoignent sur scène! Il y a aussi eu d’autres batteurs avant. C’est une longue histoire...

Micka: Nous, on est le trio qui travaillons à la production des albums. On a commencé à composer, mon frère et moi, dans notre studio à La Louvière, puis intervient Milann. L’histoire est assez marrante. On s’est rencontré à Londres alors qu’on jouait avec un autre groupe de jazz/électro à l’époque. Milann était en vacances à Londres, il est venu voir un groupe, et il est tombé sur des Belges. On s’est lié d’amitié, il est venu au studio, puis on a commencé à collaborer. A ce moment-là, on lançait les premières productions d’Abel Caine et on cherchait une voix. On lui a proposé, et de fil en aiguille, il est arrivé à sublimer les morceaux. Au départ, on cherchait plusieurs voix, puis quand on a entendu la sienne, ça a mis tout le monde d’accord.

Quel est le rôle de chacun dans votre groupe?

Micka: Pour tout ce qui est composition et production des morceaux, c’est mon frère et moi. Ensuite, pour tout ce qui est écriture de textes, interprétation, etc., c’est Milann. Il écrit souvent les textes avec Stefan Legrand, un autre ami à nous. Ils écrivent les textes ensemble, puis il vient poser sa voix en studio, et de là, on co-construit la production finale.

Milann: Pour la scène, Gorgo a une grande place, car il fait du beatbox et beaucoup de sons électro, donc c’est un élément très important d’Abel Caine. Comme c’est très produit, tu as parfois des univers sonores très vastes. Il faut avoir certaines connaissances/compétences et une certaine qualité sur scène. Après, tu as Sam, le batteur, qui doit aussi faire un gros travail de mélange acoustique et électro. Tu as ce travail-là dans beaucoup de groupes modernes.

Micka: Il y a vraiment deux types de travail: la production des titres, puis le travail du live où on est cinq. Il faut également un ingénieur du son qui assure, et c’est Benoit Tempels qui s’y colle.

Greg: Lui, c’est un partenaire particulier, car il mixe aussi les morceaux de l’album. C’est aussi quelqu’un de très important.

Milann: Il y a toujours des gens très importants cachés derrière!

Etes-vous toujours sur la même longueur d’ondes au niveau des textes?

Milann: Moi, par rapport à ce que je vais chanter, j’ai envie qu’il y ait une consistance, du sens. Au départ, c’était Stefan qui écrivait les textes, puis c’était moi, et maintenant, on le fait ensemble. J’essaie que le texte ait un sens profond et ne soit pas juste pop et léger. C’est un gros boulot que je fais avec Stefan. Je crois que si le sens était mauvais, ils s’en rendraient compte. Si les musiques sont bonnes, le sens va venir plus facilement, et si le sens est bon, la musique qui suit va venir plus facilement. Il y a des choses qu’on ressent, et je crois qu’ils le sentent.

Pourrait-on te considérer comme étant le leader du groupe?

Milann: Je ne suis pas leader de groupe, je suis « frontman », car j’ai une place centrale. On a chacun notre place définie et elle est très collaborative sur scène. A la base, les vrais leaders, ce sont les jumeaux. Après, ils ne peuvent pas tout faire, donc je fais une partie, mais ce sont quand même de belles collaborations. Sur scène, c’est une bande de copains. Même derrière un chanteur qui fait une carrière solo, il y a toujours des gens, et c’est toujours un travail d’équipe. Il y a tellement de personnes qui font que ça existe que c’est une mini industrie.

Vous avez sorti votre premier album « Miracles » il y a quelques mois. Combien de temps avez-vous travaillé dessus?

Greg: C’était assez compliqué. L’accueil de l’EP ayant été pas mal, on a fatalement essayé de trouver d’autres partenaires avec qui travailler pour s’alléger la tête, mais également financièrement. Parfois, tu essaies de travailler avec certaines personnes qui ne sont pas forcément les bonnes, et tu perds beaucoup de temps. Tu as vite six mois ou un an dans la vue. A un moment donné, on s’est dit qu’on arrêtait de tergiverser, de commencer à essayer de trouver d’autres collaborations, etc., qu’on avançait et qu’on sortait notre truc. C’est pour cette raison que ça a pris un peu de temps, mais je pense que c’est le temps qu’il fallait tout simplement.

Votre premier EP « East West » a bien été accueilli en 2013. L’accueil réservé a-t-il été le même pour votre album?

Micka: Mieux je pense! Le single « Electric Purple » a été très diffusé sur Pure, mais également sur d’autres radios: DH, Sud Radio… Je ne vais pas toutes les nommer, mais ça a bien été diffusé, ce qui nous a permis de revenir sur scène en disant « on est de retour », dans de bonnes conditions, et au même niveau qu’en 2013.

Quels sont vos projets à venir?

Micka: Là, on est en train de retravailler directement sur un deuxième album. On espère qu’il sortira en 2021 (rires). On termine aussi la série de concerts qu’on a entamée jusqu’à présent. On a encore quelques dates, elle se termine au mois de septembre environ. On espère aller plus loin avec un nouvel album, et peut-être revenir l’année prochaine aux Francofolies de Spa dans un spot encore plus intéressant… Etc. etc. etc.!

Merci à tous les trois!

Merci à toi!

Retrouvez Abel Caine le 12 août à Tournai-les-Bains (Tournai), le 26 août au Rooftop (Mons) et le 30 septembre à l'Atelier Rock (Huy).

© Amandine Raths
Mes autres reportages Ardenneweb

  • Greg, Amandine, Milann et Micka
594 lectures